Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

FEMME SUR ÉCOUTE d’Hervé JOURDAIN – critique

4ème de couverture

Manon est strip-teaseuse et escort girl dans le quartier du Triangle d’or à Paris. Elle vit avec sa sœur, étudiante en philo, et le bébé qu’elle a eu avec Bison, incarcéré en préventive pour un braquage raté. Manon ne mène qu’une bataille, celle de son avenir. Le plan : racheter une boutique sur les Champs-Élysées et par la même occasion, sa respectabilité. Mais ça, c’était avant qu’on pirate sa vie.

Pôle judiciaire des Batignolles. Les enquêteurs de la brigade criminelle, tout juste délogés du légendaire 36 quai des Orfèvres pour un nouveau cadre aseptisé, s’escriment à comprendre pourquoi chacune des enquêtes en cours fuite dans la presse. Compostel et Kaminski sont à la tête d’une jeune garde, qu’a récemment rejointe Lola Rivière. Absences répétées, justifications aux motifs évasifs… La réputation de l’experte en cybercriminalité n’est pas brillante. Compostel a malgré tout décidé de lui accorder sa confiance en lui remettant pour dissection l’ordinateur de son fils, suicidé trois ans plus tôt.

Sexe, politique, sécurité… Et des morts sans connexions apparentes. Au plus près du réel, en s’appuyant sur le système des écoutes téléphoniques, Hervé Jourdain bâtit une intrigue à l’architecture saisissante, doublée d’un portrait (à l’acide) de son époque.

Aux côtés des valeurs sûres qui ont confirmé tout le bien que l’on pouvait penser d’elles (à savoir Michael Connelly, Donato Carrisi ou bien encore Bernard Minier), cette année 2020 aura été pour moi l’occasion de très très belles découvertes : Ragnar Jonasson, Antoine Renand, Ivan Zinberg, Cyril Carrère… et Hervé Jourdain. Oui, un livre et hop, cet ancien capitaine de police entre tranquillement mais avec assurance dans ma liste des « Eux, qu’importe la 4ème de couverture : j’achète direct ».

Comme avec ma précédente lecture, l’excellent Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien, Femme sur écoute la joue vrai, réaliste, palpable. Ici, pas de tueur en série qui envoie des charades aux enquêteurs ou qui met en scène ses meurtres avec les moyens techniques de James Cameron : là, on est plutôt dans l’investigation pure et dure, celle qui sonne juste, qui n’avance pas à coups de baguette magique mais à force d’obstination et de déduction et qui nous happe en quelques lignes à peine.

Ces lignes, ce sont les premières, les retranscriptions de plusieurs conversations de personnes mises sur écoute : on ne saisit pas tout, on cherche à relier les points, à comprendre les tenants et les aboutissants mais on se prend au jeu sans s’en rendre compte et après, c’est fini, on ne lâche rien jusqu’à la dernière page. Le style d’Hervé Jourdain est super fluide, son sens de la narration aussi maîtrisé que capable de retranscrire un sentiment de vécu : comme on pourrait l’écrire sur le gros bandeau rouge qui entoure le livre sur le présentoir, « C’est du caviar ».

Si l’expérience de flic de l’auteur transpire de chaque page, Femme sur écoute ne tombe pour autant jamais dans les travers de l’exercice de style d’un auteur qui chercherait, au détour de termes techniques, de jargon ou des rouages d’une justice qu’il connait sur le bout des doigts, à en foutre plein la vue : pas de ça ici, jamais. Ça sonne vrai mais ce n’est pas « Une enquête pour les nuls » non plus. Cet écueil est évité grâce à une plume efficace et sensible qui n’oublie jamais que toute aussi réaliste soit-elle, une investigation n’accrochera jamais le lecteur si rien ne la fait vivre. On parle bien des personnages, cet « élément » narratif que beaucoup d’auteurs semblent oublier au profit de leur intrigue ou de leur pitch. Et là, Hervé Jourdain marque aussi des points avec son équipe de flics : touchants, faillibles, instinctifs, déterminés ou à claquer, ils sont la force et le moteur de ce récit aussi précis que retors (la manière dont l’intrigue se déploie est un régal), aussi juste que sensible.

Vous l’aurez compris, pour les inconditionnels du polar désirant se plonger dans une enquête superbement menée, Femme sur écoute est un immanquable à se procurer illico presto. Et ça permettra à celles et ceux qui, comme moi, ne se remettent pas de la fin d’Engrenages, l’excellente série policière made in Canal, de retrouver une bande de flics que l’on a envie de suivre encore et encore… C’est d’ailleurs ce que je vais faire en enchaînant très vite sur Tu tairas tous les secrets, déjà disponible chez Pocket.

Femme sur écoute d’Hervé Jourdain. Éditions Fleuve Noir. Paru le 13 avril 2017.

Crédits photo et 4ème de couverture : éditions Fleuve Noir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :