LES ENFANTS SONT ROIS de Delphine de VIGAN – critique

4ème de couverture

« La première fois que Mélanie Claux et Clara Roussel se rencontrèrent, Mélanie s’étonna de l’autorité qui émanait d’une femme aussi petite et Clara remarqua les ongles de Mélanie, leur vernis rose à paillettes qui luisait dans l’obscurité. « On dirait une enfant », pensa la première, « elle ressemble à une poupée », songea la seconde. Même dans les drames les plus terribles, les apparences ont leur mot à dire ». A travers l’histoire de deux femmes aux destins contraires, Les enfants sont rois explore les dérives d’une époque où l’on ne vit que pour être vu. Des années Loft aux années 2030, marquées par le sacre des réseaux sociaux, Delphine de Vigan offre une plongée glaçante dans un monde où tout s’expose et se vend, jusqu’au bonheur familial. Delphine de Vigan est notamment l’auteur de No et moi, Rien ne s’oppose à la nuit, D’après une histoire vraie (prix Renaudot et Goncourt des lycéens), Les loyautés et Les gratitudes. Ses romans sont traduits dans le monde entier.

« Les enfants sont rois »… Mais les parents sont quoi ? Inconscients ? Coupables ? Paumés au point de voir dans l’amour porté par les autres un salut, une façon d’exister ? Un peu de tout ça. Et bien plus encore. 

Dans son dernier roman, aussi percutant que troublant, Delphine de Vigan interroge notre société et son rapport aux images. 

À l’image. 

Celle que l’on pense être la nôtre, celle que l’on veut donner à voir, celle que les autres perçoivent : Instagram et ses moments de vie sous filtres et sous vide, YouTube et ses gamins stars, poussés par leurs parents à consommer, exhibés devant les caméras pour engranger les likes, les partages, l’argent et le supposé amour des fans. Le virtuel censé compenser la dureté de la réalité : « Le monde a besoin de paillettes » scande l’une des deux héroïnes des Enfants sont rois et elle a fait de cette pensée un credo, un modèle de vie. Un business-plan dont ses enfants, stars des réseaux sociaux, sont les acteurs principaux, agneaux sacrificiels d’une société totalement obnubilée par le numérique, le 2.0, l’immédiateté.

Mais après l’immédiateté, quoi ? Le chaos ?

En nous faisant suivre le parcours d’une mère qui a instrumentalisé ses enfants, Kimmy et Sammy, pour en faire des influenceurs-stars et celui d’une jeune flic amenée à enquêter sur la disparition de la fillette, l’autrice du formidable Rien ne s’oppose à la nuit porte un regard juste et anxiogène sur un univers (dé)connecté et ses règles, où les filtres cachent les fêlures et les tristesses et où les sourires des gamins ne masquent que difficilement l’enfance perdue. De sa plume toujours aussi précise, Delphine de Vigan réussit le tour de force de rendre compte, en mots, du vide des images : chapitres, paragraphes courts… comme si ces mots étaient eux aussi conscrits dans le format bref d’un post, d’une vignette. 

Comme si le regard à porter sur ces instants tout sauf spontanés se devait d’être dans l’urgence. 

Très fort.

Les enfants sont rois de Delphine de Vigan. Éditions Gallimard. Paru le 4 mars 2021.

Crédits photo et 4ème de couverture : éditions Gallimard

7 commentaires sur “LES ENFANTS SONT ROIS de Delphine de VIGAN – critique

Ajouter un commentaire

  1. Lu en 2 jours. Un peu surprise par le changement subtil qui s’opère chez Delphine de Vigan, car même si D’après une histoire vraie aborder le style polar, il y avait effectivement cette réflexion autour de l’écriture qui demeurait et en faisait un polar à part. Là on s’ancre un peu plus dans l’intrigue policière, même si la réflexion sur les réseaux sociaux est bien présente. Et ce n’est pas joyeux-joyeux… tout en étant particulièrement réaliste. Je n’ai pas pu m’empêcher de surfer un peu sur les pistes qu’elle nous donne, et suis ressortie de là terrifiée par ce que j’ai vu qui dépasse la fiction, notamment sur certaines chaînes youtube américaines…

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai vu aussi ce changement dont tu parles mais de manière inversée si on veut, vu que j’ai lu ses précédents après (il me fallait ma dose de Vigan !). Je n’avais que peu conscience du phénomène des chaînes youtube mais j’ai fait comme toi, après lecture du livre, et… c’est juste flippant. Il y a une telle indécence, un malaise qui se dégage devant ces images…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :