Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

CANNIBALE de Danielle THIÉRY – critique

4ème de couverture

Victime ou manipulatrice ? Vous avez des raisons d’avoir peur.

La nuit de la fête de la musique, une jeune fille est retrouvée au bord d’une route, incohérente et désorientée, incapable de dire qui elle est. Dans la forêt toute proche, un groupe de lycéens célèbrent le début de l’été, mais l’ambiance a du mal à décoller. Ils ont participé à une course d’orientation  » sans portables ni objets connectés « , et deux d’entre eux manquent à l’appel. Personne n’a revu Roxane et Rafaël depuis le matin. À l’hôpital, l’inconnue apparue sur la route sort doucement de sa léthargie et livre au capitaine Marin ses premiers mots…

***

C’est pas qu’on a beaucoup insisté pour que je le lise… Non, je ne dirai pas ça. Mes collègues n’ont pas non plus menacé de planquer ma gamelle du midi si je ne plongeais pas « très vite » dans Cannibale de Danielle Thiéry. 

Non. Je ne dirai pas ça. 

Parce qu’elles lisent ce que j’écris. Parce qu’elles savent, parce qu’elles sont capables de manipuler… Ah non, c’est la méchante du roman qui est comme ça. 

Non, de mon côté, elles sont sympa et persuasives : je les ai donc écoutées. Et elles ont vu à mon large sourire lorsque j’ai refermé la dernière page qu’elles avaient gagné. Impossible de faire la fine bouche : j’ai dévoré ce thriller de bout en bout, anxiété palpable à la manière dont les pages se tournaient frénétiquement, avide de voir si le piège lancé par l’autrice allait avoir raison de mes neurones et des accoudoirs de mon canapé… Mais, et je dois l’avouer, avide aussi de savoir si le-dit piège allait se refermer sur les protagonistes : c’est le côté un poil pervers de tout lecteur de polar/thriller, le plaisir malin d’assister au pire via une fiction. Je sais pas si ça se soigne mais perso, n’envoyez rien, je gère très bien avec ma conscience, merci !

Et le pire donc, c’est un personnage manipulateur et hautement toxique, vraiment fascinant : Hitchcock disait que « plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film », adage que Danielle Thiéry a fait sien ! Son antagoniste, et toute son histoire personnelle qui se développe au fil du récit, est le générateur d’une ambiance anxiogène et créé des moments de tension remarquablement écrits, subtils et psychologiquement éprouvants. Après l’excellent Go Fast, Go Slow de Sylvie Allouche, les éditions Syros viennent de nouveau de me sauver de la petite sinistrose littéraire qui m’avait envahi : deuxième thriller jeunesse plus que réussi et qui a pour lui de justement miser sur l’intelligence de la-dite jeunesse pour livrer une histoire très noire, jamais aseptisée et… dont on attend la suite !

Merci les collègues ! (Je peux récupérer mes clés de voiture, maintenant ? J’voudrais rentrer chez moi…) 

Cannibale de Danielle Thiéry. Éditions Syros. Paru le 8 octobre 2020.

Crédits photo et 4ème de couverture : éditions Syros
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :