Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

LES TÉNÈBRES ET LA NUIT de Michael CONNELLY – critique

4ème de couverture

Ballard et Bosch enquêtent dans une Los Angeles au bord de l’implosion

Alors que Los Angeles fête le passage à la nouvelle année, l’inspectrice Renée Ballard est appelée sur une banale scène de crime. Mais la victime, un garagiste endetté, n’a pas été tuée au hasard des festivités. Ce meurtre est en effet lié à un autre, sur lequel a jadis travaillé l’illustre Harry Bosch, trop heureux de reprendre du service pour aider Ballard. D’autant plus que celle-ci a déjà fort à faire avec une enquête en parallèle qui la voit traquer un sinistre duo de criminels surnommés les « Hommes de minuit ».
Dans cette affaire, présent et passé se rejoignent et les monstres que Ballard et Bosch recherchent sont prêts à tout pour garder leurs secrets.

« Un thriller authentique, d’actualité et terrifiant »
The Times

***

Les ténèbres et la nuit, l’ordre et la loi, le mentor et la jeune inspectrice en quête de reconnaissance, Bosch et Ballard. 

L’admiration. Et la déception.

Désolé pour cette entrée en matière qui place si tôt le mot « déception », qui plus est dans une chronique consacrée au dernier thriller signé d’un des maîtres US du genre, le grand Connelly, mais impossible de faire durer le suspense plus longtemps… Un peu comme l’auteur justement, légèrement à la peine dans ce nouveau roman, certes pas désagréable (il a de la bouteille, il sait encore trousser une intrigue) mais tellement loin des hauteurs auxquelles il nous avait habitués. 

Ce qui ne va pas, c’est simple, c’est le personnage de Renée Ballard : le précédent opus, Incendie nocturne, m’avait réconcilié avec elle mais là, j’ai l’impression que Connelly a reculé de trois pas, luttant pour essayer de la rendre intéressante, avec un minimum de consistance et de personnalité. Raté : toujours droite dans ses bottes, intransigeante (personne, excepté Bosch, ne trouve grâce à ses yeux), c’est une sorte de coquille vide, sans chair et sans âme. Ses quelques atermoiements concernant l’adoption d’un chien ou un virage professionnel dont je tairai la teneur n’y font rien : je ne ressens rien pour elle, je n’y arrive pas. Quand elle est avec Bosch, c’est presque pire tant l’ex-flic lui pique la vedette en quelques répliques, s’imposant sans le vouloir comme un personnage qui va au-delà des mots et du papier et dont la morale, pourtant aussi « pure » que celle de Ballard, ne sonne jamais faux. Alors, certes, on pourra me répondre qu’on côtoie Bosch depuis plus longtemps : il ne m’avait cependant fallu qu’un livre à peine pour en faire un de mes flics de fiction préférés, humain, faillible et dont la devise « Everybody counts or nobody counts » était aussi vibrante qu’inspirante…

Les intrigues plutôt bien menées, sans être non plus dans le haut du panier de l’auteur, pâtissent donc de ce personnage fadasse qui les mène : on suit le tout avec l’oeil un peu torve, jamais endormi parce que Connelly sait mener sa barque et mettre en lumière les défaillances d’un système, mais on ressort au final avec un polar faiblard, inconsistant et dont on aura tout oublié au Nouvel An.

Croyez-moi, j’ai du mal à écrire ces derniers mots…

Les ténèbres et la nuit de Michael Connelly. Éditions Calmann-Lévy. Paru le 7 septembre 2022.

Crédits photo et 4ème de couverture : éditions Calmann-Lévy

4 commentaires sur “LES TÉNÈBRES ET LA NUIT de Michael CONNELLY – critique

Ajouter un commentaire

    1. Ah mince !.. En soi, il n’est pas mauvais mais après les deux derniers que j’avais vraiment trouvés très bons (Séquences mortelles et L’innocence et la loi), ça redescend d’un cran. Et puis, ça dépend aussi du rapport que tu as avec le personnage de Ballard, je sais que c’est un peu compliqué pour moi 😀
      J’attends de lire ton retour en tout cas !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :