LE JOUR DU CHIEN de Patrick BAUWEN – critique

4ème de couverture

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir.
Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi.

Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro.
Et voilà qu’elle me menace…
Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse.
Et ce jour-là signera l’apogée du mal.

Sur les traces d’un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l’Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L’oeil de Caine.

Ça fait déjà plusieurs semaines que j’entends parler de Patrick Bauwen sur les réseaux sociaux et les différents blogs que je suis : à l’approche de la sortie de son dernier roman, L’heure du Diable, son nom revenait de plus en plus souvent, s’imprimant de manière durable dans mon esprit. Donc, ces derniers temps, à chaque passage en librairie, direction la lettre B… mais pas de Jour du chien.

« Ouais, ok… mais pourquoi tu commences pas par un autre ? ».

En effet, Patrick Bauwen a écrit d’autres livres, eux aussi bénéficiant d’une belle cote critique… Oui, mais voilà : j’aime les feuilletons, les sagas, les personnages et les intrigues qui courent d’un roman à un autre. C’est idiot, je sais, parce que si c’est nul, je ne lirai pas la suite. Mais si c’est bien, j’aurai un frétillement dans le ventre parce que je sais que j’aurai encore d’autres aventures à vivre avec ces héros. Ça porte un nom cette pathologie ? Tout ça pour dire que je voulais lire le premier livre de cette série, impérativement.

C’est chose faite… et en plus du palpitant qui a grimpé dans les tours, j’ai un frétillement dans le ventre en sachant que je vais très vite foncer sur La nuit de l’Ogre. En effet, tout bonnement impossible de ne pas replonger, et ce avec autant d’angoisse que de délectation, dans une autre intrigue de Patrick Bauwen lorsqu’on a dévoré Le jour du Chien : on attrape le train en marche dès l’intro super efficace et on ne redescend jamais. C’est super bien ficelé, ciselé même ; porté par des personnages auxquels on s’attache très vite ; le style est fluide et accrocheur ; on pénètre un univers plutôt original et porteur de mystères en tous genres (les Catacombes)… bref, ça file droit et l’auteur sait quand et comment relancer l’intrigue via des rebondissements pas piqués des hannetons (toi aussi, place des expressions de vieux…).

Pour autant, ce n’est pas un coup de coeur, pas de l’ordre de ce que j’ai pu ressentir à lecture de mon premier Jean-Christophe Grangé, celui qui reste encore et toujours ma référence en terme de thriller hexagonal. On va dire que ça se rapproche de mon ressenti après mon premier Franck Thilliez (La chambre des morts): bien, très bien par moment… mais il manque un petit truc pour que ça me scotche au fauteuil et/ou que ça me retourne totalement. Pour autant, celles et ceux qui me connaissent savent à quel point je suis maintenant devenu accro aux bouquins de Thilliez (jetez vous sur Il était deux fois !) : peut-être que mon deuxième Patrick Bauwen saura me faire basculer du côté des fans inconditionnels ? De ceux prêts à ouvrir eux-même le store de la librairie à chaque nouvelle parution..

On en reparle après le numéro 2 !

Le jour du Chien de Patrick Bauwen. Éditions Le Livre de Poche. Paru le 16 mai 2018.

Crédits résumé et 4ème de couverture : éditions Albin Michel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :